Danseuse...

Danseuse

 

Je suis faite pour la danse

Dans ce monde statique

Tic tac, tic tac

Taquine le temps qui passe

Passeuse de vitalité

Témoin de la Vérité

Véritable liberté !

 

le 12 avril 2018 

Tempête de grêle

En quelques minutes

La tendresse mutilée

A l’image de nos coups de sang

Confiance !

Nous avons des racines en terre et dans le ciel...

Un esprit plus fort que tout ce qui nous déchire 

En lequel nous trouvons ressource...

Courage fleurettes !!

Tendres pétales martyrisés

POEME au fil d'avril

L’attente

 

 

Quelques mots sur une page,

Une bouteille à la mer,

Colportent  l’essentiel message,

Voguent entre ciel et terre.

 

Le souffle d’une jonquille

Luminaire musical,

Un réveil pour les sourds,

Ote des yeux le voile.

 

Des petites fées s’envolent,

Essaiment en multitude,

Offertes à nos regards

Aux désirs de nos cœurs.

 

La fleur est à l’abeille

Et l’abeille à la fleur,

Mystère d’une rencontre…

 

Le monde est en attente

De nos baisers féconds

 

Ouvrirons-nous notre être

Au sonore silence,

A l’appel du Printemps ?

 

 

 

Martine, le 22 février 2018

www.bouchealoreille.fr

 

 

 

 

Ce n’est pas un poisson d’avril

Les cloches de Pâques se font discrètes cette année...elles ont choisi d’être clochettes et de tinter discretement ...

Sommes-nous à l’ecoute des bonnes nouvelles qu’elles soufflent à nos oreilles ?

Courageuses tulipes

Poème du mois de mars

 

 

Princesses

 

 

Par quel mystère ?

Comment  la vie fait-elle

Pour jaillir du rien, du sombre,

Du gel de la terre ?

 

Déjà, au cœur de l’hiver

Les princesses du printemps

Dignement se dressent

Courageuses, droit vers le ciel.

 

Courageuses ?

Je n’en suis pas certaine…

Poussées par l’élan d’un germe,

Dépassées dans cette aventure

Folles, souffrantes,

Entièrement  offertes…

Par quel mystère ?

 

La corolle s’ouvrira,

Viendra les couronner

D’une divine parure

Promesse d’épousailles !

 

Mystère…

 

 

Martine, le 22 février 2018

www.bouchealoreille.fr

 

 

 

M a r s

Les primevères ont déjà osé pointer leurs corolles de tendresse....ont-elles le choix ?

Dès que la lumière est suffisante, la température assez clémente, elles se lancent... tant pis si un violent coup de gel vient leur froisser les ailes...

Nous, nous avons le choix. c’est ainsi...

Mais c’est effrayant de penser que nous avons le pouvoir de choisir de ne pas fleurir...

 

Mars viens séduire les paresseux bourgeons

les inviter à réagir, à vivre !

FEVRIER

Que Février nous retourne comme une crêpe de la chandeleur,

du gel vers la chaleur

de la tristesse à la joie,

de nos prisons à nos pas de liberté !

l'hiver finira bien par s'apaiser !

 

Un P'tit rayon

 

Nous portons tous un trésor,

Un p’tit rayon de lumière,

Dans un vase d’argile

Aux formes incertaines

Dont la terre fendillée

Annonce déjà qu’il pourrait éclater.

 

Nous portons tous un trésor,

Et ce p’tit rayon de lumière,

Lorsque tombe le vase

En éclats jusqu’à terre

Est alors libéré :

Fulgurant, il dicte des paroles

Monte en larmes à nos yeux

Ou bien jaillit au cœur du cœur

Tel un parfum d’éternité.

 

Nous portons tous un trésor,

Et ce p’tit rayon de lumière

Semble si loin, semble si frêle

Dans la pénombre du monde de nos ténèbres

Qu’il est bon de communier,

Faisant  mémoire dans l’amitié

Lorsqu’ un vase un jour s’est cassé,

De la merveille qu’il contenait.

 

Prêtons attention à l’extraordinaire

Caché dans l’ordinaire des jours,

A la lumière : elle luit dans la sombre nuit.

 

Elle dit la victoire absolue de la Vie !

 

Martine, le 27 janvier 2018 après la cérémonie

"d’enciellement" de Gilberte 

 

 

Vive la neige

Dame blanche…

 

Je voudrais rendre hommage à une dame…

 

Elle n’est pas née de la dernière pluie

Mais toujours fraiche, sans une ride, sans un  pli !

Elle arrive souvent de nuit,  à pas feutrés

Et nous surprend un matin… bouche bée.

 

Elle bouscule les habitudes,

Ne laisse personne indifférent,  prend… toute la  place !

Certes... elle dérange !

Est-elle démon ou plutôt ange ?

 

Princesse immaculée,

Elle devient maîtresse du temps

Au moins, pour un moment…

Elle rit de nos sérieux plannings

De nos façades, de nos vitrines…

Se réjouit d’être la cause

De petits dialogues entre voisins

Faisant causette, pelle à la main.

 

Elle sourit de s’offrir à la glisse,

Aux batailles des écoliers

Aux  sculptures de p’tits artistes,

 

Les habitudes sont détrônées !

 

Des milliards d’éclats de sa baguette,

Elle fige toute chose dans un sommeil

Et nous ramène à l’essentiel !

Elle couvre la terre, son enfant,

De la douceur laineuse d’un manteau blanc…

 

Je voudrais rendre hommage

A une dame blanche

Certes un peu froide

Mais si charmante,

La remercier de saupoudrer

Nos forêts ternes d’une  pureté

Et nos villages de sa clarté !

 

 Martine RICHARD

 

 

MARCHE AUTOMNALE

Marcher !

Oser son pas tremblant

A travers l'amas bruissant  

De feuillage abandonné.

 

Marcher,

Suivre le sentier sans s'attarder

Sur l'effroyable nudité,

Cruelle réalité d'une saison sans pitié !

 

Marcher...

La lumière luit.  Ne jamais l'oublier,

Quelle que soit l'austérité ténébreuse

De toute mort.

Car ce qui meurt est déjà sauvé,

Appelé à renaître, à recommencer.

 

Marcher,

Ne pas  chercher à s'accrocher au passé dépassé.

 

Martine, le 24 novembre 2017

 

  • Effeuillés

    Nous nous sentons nus,
    Perdons nos feuilles...
    Nous avions des étoiles dans les yeux, elles retombent, degoulinantes étincelles éphémères ...

    Nus, dépouillés...Au fil des âges et des saisons...

    Mais aucun hiver n’a jamais crié victoire pour de bon...
    Il pourrait nous figer à coup de glaces, de tempêtes et de tornades...nous obligeant à hiberner longtemps, longtemps...

    Les feuilles seront humus, les fruits seront graines, les tailles feront rejets nouveaux....

    Hauts les cœurs !


    ...

  • Mer de nuages

    Rentrons au dedans et veillons...à l’écoute de la vie cachée ...couvons-la patiemment.... comme enfante une maman.


    Prions pour un nouveau printemps !

Octobre

Il n'est rien de plus plein que le silence si tu sais l'écouter, rien de plus vide si tu l'empêches de parler. Priera Paltro

Tu es en moi...

 "Tu es en moi comme un enfant qui joue seul, à l'écart, dont on croit qu'il ne fait rien quand sa rêverie démêle des milliers de fils d'or, de cheveux d'ange". (Christian Bobin)

Bien cordialement,

Martine